• LE TIR AU FAMAS

        Le FAMAS permet d'effectuer aussi bien des tirs à balles que des tirs de grenades. Le FAMAS est plus particulièrement destiné à prendre en compte un adversaire à découvert ou faiblement protégé. Les manuels militaires nous précisent que les conditions d'emploi de l'arme sont identiques à celles du fusil, du pistolet-mitrailleur et du fusil-mitrailleur. Si nous ne remettons pas en cause l'emploi en tant que fusil et PM. Nous contestons fortement le fait que le FAMAS puisse remplacer un FM. La munition de 5,56 mm n'est pas assez puissante pour prendre en compte des objectifs protégés, le canon du FAMAS n'est pas assez étoffé pour résister à des cadences de tir telles que celles auxquelles sont soumises les FM. De plus son chargeur de 25 cartouches ne lui permet pas de pouvoir rivaliser même de loin avec un FM. L'armée française n'a d'ailleurs toujours pas mis au rebut la vieille AA-52 (et ses déscendant) et elle a toujours sa place au sein des groupes de combat de l'infanterie.

    LE TIR A BALLES

        En ce qui concerne le tir à balles nous disposons avec le FAMAS  de trois possibilités :
    - Le tir au coup par coup (semi-automatique)
    - Le tir par rafales libres (automatique)
    - Le tir par rafales de 3 cartouches (automatique)
        Le choix du mode de tir est fonction de plusieurs critères :
    - La distance de l'objectif
    - L'effet à obtenir ; neutralisation ou destruction
    - La nature et les caractéristiques de l'objectif
    - Les conditions d'ouverture de feu ; tir au poser ou tir réflexe

    LE TIR SEMI-AUTOMATIQUE

        Tirer en semi-auto est généralement destiné à effectuer des tirs à tuer en vue de détruire l'adversaire. Le plus souvent ces tirs sont exécutés dans la position du tir poser, jusqu'à une distance n'excédent pas 300 m, l'emploi du bipied étant vivement recommandé, en cas d'impossibilité un appui naturel s'impose.
        Exceptionnellement le tir au coup par coup peut-être employé pour neutraliser par un tir réflexe soit au juger (0 à 30 m) soit au jeter (jusqu'à 50 m). Le tir devant être immédiatement doublé.
        Vouloir uniquement neutraliser un adversaire par un tir réflexe relève bien entendu de l'exploit impossible. Le combattant ayant été entraîné à tirer sur la partie la plus volumineuse du corps à savoir le buste dans le cadre du tir réflexe, il y a de fortes probabilités pour que l'adversaire soit plutôt "détruit" que "neutralisé".
        Le type de situation sans lequel ce genre de tir peut-être effectué se rencontre surtout dans le cas de sentinelles ou de gardes. Un soldat sur le terrain aura mis son arme en mode automatique.

    LE TIR AUTOMATIQUE

        Le FAMAS permet donc le tir en rafales libres et le tir en rafales de trois coups. Personnellement nous sommes totalement opposé à l'emploi d'un limiteur de rafales. Notons que cet emploi n'est pas la panacée du FAMAS mais qu'actuellement de plus en plus l'on voit fleurir les limiteurs de rafales sur les armes modernes. L'armée US l'ayant même imposé sur le M16 A2 de telle manière que les rafales libres ne sont plus possibles, tout du moins sur la version US ARMY. Un limiteur n'apporte absolument aucun avantage au tireur.
        Les histoires du tireur qui paniquant vide son chargeur aux quatres vents ne sont que foutaises de même que le fait de vouloir limiter la consommation en munitions et contribuer à améliorer la précision du tir grâce à ce système. Un tireur bien entraîné est capable d'effectuer des tirs par courtes rafales de 3 à 5 coups. Tous les tireurs sont en mesure de le faire il n'est pas nécessaire et obligatoire d'appartenir, comme on peut trop souvent le lire et l'entendre, à une unité d'élite pour cela. Le limiteur de rafales introduit une contrainte intolérable chez l'utilisateur, celui-ci doit-être à même de disposer de toute la puissance de son arme s'il le désire et non pas de devoir passer son temps à tripoter des sélecteurs de tirs divers.
        Plus l'on a de pièces sur une arme et plus l'on fragilise celle-ci alors de grâce supprimez-nous les limiteurs de rafales.
        Le tir par rafales s'emploie pour détruire un adversaire à découvert ou en mouvement. La position au poser est employée prioritairement pour les distances allant jusqu'à 300 m. En cas de mauvaise visibilité, de combat rapproché ou de rencontre surprise les positions de tir au jeter ou au juger sont employées. Les courtes rafales ayant la préférence dans ce type de d'utilisation.
        La neutralisation d'un objectif protégé ou étendu exige le tir au poser par rafales toujours jusqu'à une distance de 300 mètres.

    LE TIR DE GRENADES

        L'emploi de l'arme est fonction de la nature et de la distance de l'objectif.
        La grenade antichar s'utilise en tir tendu jusqu'à 100 mètres.
        La grenade mixte (antipersonnel/antivéhicule) s'emploi en tir tendu jusqu'à 100 mètres.
        Les grenades antipersonnel et mixte sont utilisées en tir verticale (courbe) de 60 à 360 mètres.

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Henri Beyle
    Vendredi 14 Janvier 2011 à 08:39

    " Un tireur bien entraîné est capable d'effectuer des tirs par courtes rafales de 3 à 5 coups". Au vu des réactions infantiles et immatures sur les forums militaires dès qu'on pose une question sur le Famas, je ne suis pas d'accord avec vous. Quoique dans une armée étrangère sans doute, mais pas en France. Ici, il leur faudrai plutôt des pistolets à eau, pour qu'ils passent leur frustration sans fair de dégât.

    Si le Famas était un bon FA lorsqu'il est sorit, je regrette qu'il n'ai jamais été mis à jour aup oint qu'on soit forcé d'équiper notre armée de HK416. Il est regrettable que Nexter ne propose pas un Famas mis à jour, moins cher à produire et plus fiable. :(

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :