•     Note : avant toute utilisation du FAMAS vous devez impérativement vérifier si celui-ci est mis dans votre configuration de tireur (droitier ou gaucher), regardez ou se trouve l'extracteur. Dans le cas où celui-ci ne se trouve pas à sa place correcte vous devez l'intervertir (voir démontage-remontage)

    UTILISATION DU CHARGEUR

        Dans le cas où les cartouches vous ont été livrées en vrac sans lame chargeur vous devez les introduire à la main une à une dans le chargeur. Le culot des cartouches doit-être placé du côté des deux nervures arrières du chargeur.
        Si les cartouches vous ont été livrées sur lame chargeur vous devez placer la chargette fournie avec les cartouches sur le chargeur. Ajustez la lame chargeur sur la chargette et introduisez les munitions dans le chargeur en appuyant sur la cartouche supérieure.
        Pour dégarnir un chargeur la méthode réglementaire consiste à tenir le chargeur en position horizontal, la pointe des cartouches vers le bas. Puis à l'aide de la pointe d'une cartouche à appuyer sur la cartouche inférieure visible, le long de la paroi du chargeur, relâchez la pression, deux cartouches sont éjectées, recommencer la manoeuvre jusqu'à la fin du chargeur. Une autre méthode consiste à se servir du pouce qui est placé sur la partie inférieure de l'étui de la cartouche et à pousser vers l'avant.

    CHARGEMENT DE L'ARME

        Mettez l'arme à la sûreté puis introduisez le chargeur en le présentant en position verticale, ouverture vers le haut, dans son logement. Il faut l'enfoncer jusqu'à ce que vous entendiez le "clic" vous indiquant que le chargeur est bien verouillé au FAMAS.
        Ensuite vous devez tirer le levier d'armement vers l'arrière jusqu'en butée sur l'amortisseur, relâcher le sans l'accompagner.

    DECHARGEMENT DE L'ARME

        Mettez l'arme à la sûreté, appuyer sur le verrou du chargeur et retirez ce dernier en le tirant vers le bas tout en le faisant basculer vers l'arrière de l'arme. Ramenez le levier d'armement vers l'arrière et récupérez s'il y a lieu la cartouche, relâcher le levier, percutez en pressant la queue de détente (enlevez pour se faire la sûreté). Placez enfin le sélecteur de tir sur la position "S" (sûreté).
        Note : toute manipulation de l'arme s'effectue en plaçant celle-ci dans une direction non dangereuse.

    MISE EN OEUVRE DE LA BAIONNETTE

        La bague d'enfoncement de grenade doit se trouver en position d'enfoncement maximum. Amener la baïonnette devant le canon et engager la pièce de guidage arrière dans cette même bague d'enfoncement jusqu'à ce que vous perceviez le fameux "clic" produit par le cran de positionnement sur le manchon cache-flamme.
        Pour enlever la baïonnette il suffit d'opérer de façon inverse c'est à dire de presser le bouton verrou de cette dernière et de la tirer vers l'avant.

    MISE EN PLACE DE LA BRETELLE

        Vous devez sélectionner le côté de l'arme à équiper de la bretelle, à gauche pour un droitier et à droite pour un gaucher. Tirez sur la branche du bipied correspondant de façon à le faire pivoter vers l'avant. Introduisez le dispositif d'accrochage sur la tête de l'axe du bipied.
        Rabbattez la branche du bipied le long du fût, vous pouvez constater que le dispositif d'accrochage en même temps. La grande lanière doit ensuite être placée dans la boucle coulissante de la petite lanière dans l'anneau grenadière (ou barette de crosse) puis faite la passer dans la boucle coulissante de la petite lanière.
        Et enfin placez ou ne placez pas la boucle coulissante dans la lame du dispositif d'accrochage. Ceci pour la méthode réglementaire, mais pour vous simplifier la tâche nous vous conseillons d'assujettir tout de suite la petite lanière au dispositif d'accrochage, après avoir introduit celle-ci dans la grandee lanière. Vous aurez ensuite le temps de la séparer de ce dispositif d'accrochage si cela vous tente.

    Mise en oeuvre de la bretelle

    CHOIX DU DISPOSITIF DE VISEE

        Le FAMAS dispose d'un oeilleton élaboré qui permet de prendre différentes configurations en fonction des conditions de visibilité.
        Si vous devez tirer de jour dans de bonnes conditions de visibilité les deux volets d'oeilleton doivent être relevés. Si vous tirez toujours de jour mais dans de mauvaises conditions de visibilité (pluie, brouillard,...) l'oeilleton avant qui est aussi l'oeilleton de précision doit-être rabattu, par contre l'oeilleton de cadrage (volet arrière) est quant à lui en position verticale.
        Dans le cadre du tir de nuit les deux volets d'oeilleton sont rabattus et vous devez relever le coulisseau de tir qui porte une pastille luminescente et qui se trouve sur le support du guidon.

    CHOIX DU SELECTEUR DE TIR

        Le sélecteur de tir se trouve sur le FAMAS placé juste en avant de la détente. La sélection du limiteur de rafales se trouve quant à lui placé sur le boîtier de mécanismes.
        Pour un tir en semi-auto (coups par coups) vous devez mettre le selecteur de tir sur la position "1" (à droite).
        Pour un tir en rafales libres le sélecteur de tir doit être sur la position "R" (à gauche) et le limiteur de rafales sur la position "0".
        Pour un tir en rafales de trois coups le sélecteur de tir est sur la postion "R" et le limiteur de rafales sur la position "3".

    LA VISEE CONFORME AU FAMAS

        La visée conforme au FAMAS s'accompagne de deux opérations :
        1) prendre la ligne de mire
        2) viser l'objectif

    La visée conforme au FAMAS

    PRENDRE LA LIGNE DE MIRE

        La ligne de mire est la ligne qui passe par le centre de l'oeilleton et le milieu du sommet du guidon.
        Prendre la ligne de mire, c'est placer l'oeil dans le prolongement de la ligne de mire, en arrière de l'oeilleton. La distance entre l'oeil et l'oeilleton est comprise entre 4 et 7 cm.
        Lorsque vous prenez la ligne de mire vous devez accommoder sur le guidon pour ensuite le placer au centre de l'oeilleton.

        Les erreurs de mire sont :
        - guidon dépassant du milieu de l'oeilleton vers le haut (gros guidon) : Tir haut.
        - guidon au-dessous du milieu de l'oeilleton (fin guidon) : Tir bas.
        - guidon à droite ou à gauche (pincé à droite ou à gauche) : Tir à droite ou à gauche.
        - guidon penché à droite ou à gauche (devers à droite ou à gauche) : Tir déporté et abaissé à droite ou à gauche.

    Les erreurs de visées au FAMAS

    VISER L'OBJECTIF

        Viser l'objectif c'est amener la ligne de mire sur celui-ci.

    Viser l'objectif

    Point à viser sur silhouette

    votre commentaire
  •     Le FAMAS dispose d'organe de visée qu'il est possible de régler à la fois en hauteur et en direction afin de permettre à chaque tireur de disposer d'une arme qui soit parfaitement adaptée à lui-même. Il existe deux procédés pour régler l'arme. Le premier de ces procédés consiste à régler l'arme sans tirer, à l'aide du dispositif optique de réglage modèle F1 "ELIRAZ". Le second procédé s'effectue en cours de tir en fonction de la position du point moyen.

    REGLAGE DU FAMAS A L'AIDE DE L'ELIRAZ

        L'ELIRAZ est un système qui a priori parait très avantageux car il permet d'économiser un grand nombre de munitions. En effet il suffit de disposer d'une arme parfaitement réglée grâce à la méthode du point moyen pour ensuite pouvoir régler tous les FAMAS d'une Compagnie voir d'un Régiment. Mais ceci c'est la théorie en réalité l'ELIRAZ n'est qu'un système bon à mettre à la poubelle. Dans neuf cas sur dix une arme réglée à l'aide de l'ELIRAZ doit-être de nouveau réglée directement par son utilisateur. Autrement dit l'économie réalisée est non seulement nulle mais en plus vous avez passé deux fois plus de temps que nécessaire pour régler votre arme. Autrement dit ne venez plus nous parler de l'ELIRAZ dont je vais malgré tout vous expliquer le fonctionnement.
        L'ELIRAZ qui pèse environ deux kilos se compose de deux parties :
        - une optique comportant un repère de visée réglable.  Il s'agit d'un visuel carré sur fond blanc et dont les dimensions restent constantes quelle que soit la distance de l'oeil.
        - une tige guide du calibre de l'arme à régler. Il faut en effet noter que l'ELIRAZ peut-être utilisé pour d'autres types d'armes chambrées dans des calibres différents du 5,56 mm. Il suffit pour cela de changer la tige guide.

    REGLAGE DE L'ELIRAZ

        Le réglage de l'ELIRAZ s'effectue au moyen d'une arme qui est déjà parfaitement réglée grâce à la méthode du point moyen. Le dispositif de réglage est placé sur le FAMAS (réglé) à l'aide de la tige guide qui est introduite à l'intérieur du canon.
        Vous devez ensuite amener le visuel de façon à la faire coïncider avec la ligne de mire. Cette opération se réalise à l'aide des deux vis de réglage situées sur la partie avant du corps de l'ELIRAZ qui sont quant à elles protégées par un cache qu'il suffit de faire pivoter afin de les découvrir. La vis supérieure sert au réglage en hauteur et celle inférieure au réglage en direction.

    REGLAGE DES ARMES

        Une fois que vous avez réglé l'ELIRAZ vous pouvez procéder au réglage des armes. Pour cela il vous faut introduire le dispositif dans l'arme à régler puis amener la ligne de mire sur le milieu de la base du visuel en utilisant les dispositifs de réglage des organes de visée du FAMAS.

    REGLAGE DU FAMAS AU MOYEN DU DEPLACEMENT DU POINT MOYEN

        Cette méthode est la meilleur qu'il soit à utiliser afin de régler parfaitement votre arme. Il vous faudra pour cela tout d'abord déterminé le point moyen. Celui-ci est déterminé après avoir effectué un tir de dix cartouches sur une cible à 200 m. Il est possible d'effectuer un tir uniquement de 5 voir de 3 cartouches mais le tir de dix cartouches se révèle bien plus précis.
        Une fois le tir terminé vous devez tracer sur la cible une droite verticale de façon à vous retrouver avec cinq impacts de part et d'autre de la droite. La droite devant se trouver à égale distance des deux impacts centraux les plus proche de celle-ci.
        Ceci fait tracez maintenant une droite horizontale qui elle aussi divise les impacts de façon identique de part et d'autre d'elle. Le point d'intersection de ces deux droites constituant le point moyen.
        A l'aide d'un double décimètre vous mesurez la distance à la fois en hauteur et en direction qui sépare le point moyen du milieu de la base de l'objectif. Par exemple si notre point moyen se trouve à 18 cm à gauche du visuel et à 24 cm en bas de ce même visuel il nous faudra donc le déplacer de 18 cm vers la droite et de 24 cm vers le haut.

    Réglage au moyen du point moyen

    REGLAGE SUR LES ORGANES DE VISEE

        Afin de pouvoir effectuer des opérations sur les organes de visée il vous faut tout d'abord retirer la poignée garde-main.

    REGLAGE EN DIRECTION

        Le réglage en direction s'effectue sur le guidon. Dans un premier temps vous devez effectuer le repérage de la position du guidon par rapport à l'un des trois traits blancs situés sur la face postérieure du support de guidon.
        Dans un deuxième temps vous devez repérer la position du point blanc de l'écrou de réglage par rapport à l'ergot de positionnement. Ce repérage est très utile car il vous permettra tout d'abord de remettre en place le réglage initial de l'arme avec laquelle vous avez tiré si celle-ci sert à un autre tireur. Puis lorsque votre propre réglage sera terminé et que vous en effectuerez le repérage vous n'aurez plus besoin d'effectuer celui-ci une nouvelle fois si d'aventure un autre utilisateur de la même arme avait changé sur celle-ci votre propre réglage.
        Appuyez sur le guidon, de la gauche vers la droite et ensuite faite tourner la molette de réglage à l'aide de la pointe d'une cartouche.
        Pour déplacer le point moyen vers la droite vous devez faire tourner la molette dans le sens inverse des aiguilles d'une montre (dévisser).
        Pour déplacer le point moyen vers la gauche il faut faire tourner la molette dans le sens des aiguilles d'une montre (visser).
        La valeur du déplacement d'un cran correspond à un déplacement du point moyen de 6 cm à 200 m.
        Dans le cadre de notre exemple le point moyen se trouvait à 18 cm à gauche du visuel, 18/6 = 3, il nous faudra donc déplacer la molette de trois crans en le tournant dans le sens contraire des aiguilles d'une montre (dévisser) car nous voulons aller vers la droite.

    Principe de réglage du guidon

    REGLAGE EN HAUTEUR

        Le réglage en hauteur s'effectue en agissant sur le déplacement du porte-oeilleton à l'aide de la molette de réglage. Le repérage du réglage s'effectue à l'aide des traits blancs qui sont gravés sur la face arrière du porte oeilleton et des chiffres que l'on trouve sur la molette de réglage. Le réglage peut ainsi être codé à l'aide d'un nombre à deux chiffres. Par exemple 25 signifie :
        - 2 = 2 traits blancs visibles
        - 5 = chiffre 5 de la molette de réglage en face de l'index fixe.
        Pour faire descendre le point moyen il faut tourner la molette de façon à faire décroître les chiffres (5, 4, 3, 2, .).
        Pour faire monter le point moyen il faut faire croître les chiffres (2, 3, 4, 5). La valeur du déplacement d'un chiffre correspond à un déplacement de 6 cm à 200 m. Toujours dans notre exemple le point moyen se trouvait à 24 cm en bas du visuel. Il nous faudra donc déplacer la molette de 4 crans ou chiffres, 24/6 = 4, en faisant croître ceux-ci.
        Note : lorsque le point moyen est égal ou inférieur à 10 cm l'arme est considérée comme réglée.

    votre commentaire
  •     La très originale bretelle du FAMAS permet d'adapter le port de ce dernier en fonction de la situation :
        - pour le cérémonial (ordre serré)
        - pour les déplacements (transport de l'arme)
        - pour le combat
        L'arme doit pouvoir être utilisée rapidement quelque soit le genre de tir.
        Il faut noter que lors des cérémonies toutes les armes sont mises en configuration droitier, par contre pour les déplacements et le combat la configuration adoptée (droitier ou gaucher) est fonction de l'utilisateur.
        La description des positions données ici le sont pour un droitier. Pour un gaucher vous devrez remplacer main droite par main gauche ou vice versa par exemple.

    POSITION FONDAMENTALE DE COMBAT

        Cette position est la position normale du combattant. Le brin supérieur de la bretelle est passé derrière la tête et repose sur l'épaule gauche. La main gauche enserre le fût à la hauteur du bipied. Quant à la main droite elle enserre la poignée pistolet. La bretelle doit-être réglée de telle façon que le déplacement de l'arme vers le haut ou vers le bas doit-être aisé et rapide afin de pouvoir prendre les positions de tir :
        - au juger à la hanche
        - au jeter à l'épaule

    POSITION DERIVEES POUR LES SITUATIONS PARTICULIERES

        Deux variantes sont possibles :
        - canon bas
        - canon haut
        Ces positions se prennent au gré du combattant.
        Note : sans bretelle les positions restent identiques mais l'arme doit-être en permanence tenue par les deux mains.

    LE TIR AU POSER

        Il existe quatre positions principales pour le tir au poser :
        - la position du tireur couché, c'est la position principale
        - la position du tireur debout
        - la position du tireur à genou
        - la position du tireur assis
        Lorsque vous effectuez un tir au poser il faut soit que vous employiez le bipied soit que vous utilisiez un appui naturel.

    POSITION DU TIREUR COUCHE

    Avec utilisation du bipied

        Le corps doit se trouver dans l'axe de l'arme ou faire un angle compris entre 0° et 20° par rapport à la direction de l'objectif et ce en fonction de la morphologie du tireur. Les jambes sont écartées, la jambe droite est légèrement repliée afin de décontracter le corps. Les coudes prennent appui sur le sol et se trouvent plus ou moins écartés vers la droite ou vers la gauche par rapport au corps de l'arme, ceci en fonction du tireur. La crosse du FAMAS vient prendre appui dans le creux de l'épaule droite. La main droite enserre la poignée pistolet. L'index prend appui sur la queue de détente. Quant aux doigts qui sont sur la poignée pistolet ils tirent l'arme vers l'épaule de façon à ce que le recul du tir soit parfaitement absorbé. La main gauche enserre le fût à hauteur des rotules du bipied. La tête est dans la direction de l'objectif, l'oeil se trouve placé entre 4 et 7 cm de l'oeilleton. La joue repose sur l'appui-joue.

    Variante

        Vous pouvez aussi adopter une autre position qui elle s'apparente à la position prise par les tireurs d'élites, pour cela votre bras gauche doit être replié devant vous de telle manière que votre main gauche puisse à la fois tenir la crosse par en dessous et bloquer l'arme contre l'épaule.
        Note : les branches du bipied doivent reposer sur un sol horizontal pour éviter un problème de dévers avec l'arme.

    Avec appui adapté

        Si l'emploi du bipied se révèle impossible en fonction des conditions de tir, de terrain ou de vitesse d'exécution voir de tout autre raison vous devez dans la mesure du possible adopter une position de tir avec appui. Appui qui peut être un muret, un tronc d'arbre couché, une butte de terre...
        A ce moment là, la position de votre corps et de votre arme ne change pas simplement le dos de votre main gauche (qui tient le fût) repose sur l'appui. Elle sert de joint souple entre l'appui et l'arme. Si par contre vous avez adopté la position "tireur d'élite" se sera votre avant bras gauche qui jouera le rôle de joint souple.

    Sans appui

        Toujours dans l'hypothèse où il ne vous est pas possible de déplier votre bipied et qu'un appui se révèle impossible à trouver vous devez vous contenter de tirer sans. La position du corps etde l'arme reste identique simplement vous devez vous appliquer un peu lors du tir car vous ne bénéficiez plus de l'avantage indéniable que confère un bipied ou un appui.

    POSITION DU TIREUR DEBOUT

        Lorsque vous prenez la position di tireur debout vous offrez une cible particulièrement vulnérable aussi est-il préférable que vous envisagiez de prendre appui derrière un arbre, un mur ou de tout autre élément qui permettra de vous protéger un tant soit peu le corps.
        Votre jambe gauche se trouve légèrement en avant, elle est tendue et votre pied se trouve dans l'axe de l'objectif. Votre jambe droite elle , est légèrement en arrière et décalée à droite, son pied faisant un angle de 60° à 90° par rapport à la direction de l'objectif. Vous devez prendre appui sur votre jambe arrière.
        Votre avant bras gauche soutient le FAMAS, la main qui enserre le fût prenant place entre le bipied et le pontet, le coude étant collé sur votre poitrine.
        Votre bras droit est plié, la main vient prendre place sur la poignée pistolet et l'index sur la détente.
        Votre tête doit se trouver en direction de l'objectif, l'oeil se trouvant bien entendu entre 4 et 7 cm de l'oeilleton. La joue repose sur l'appui-joue.

    POSITION DU TIREUR A GENOU

        La position du tireur à genou n'est pas une position très confortable mais elle présente pour vous l'avantage que votre corps offre à l'ennemi une cible plus réduite par rapport à la position du tireur debout.
        Votre jambe droite repose sur le sol tout en faisant un angle d'environ 60° avec la direction de l'objectif. Votre pied droit repose à plat sur le sol, il est envisageable si vous êtes de petite taille qu'il soit dressé sur la pointe mais nous ne vous le recommandons pas en raison de la mauvaise stabilité que cela entraîne. Vous devez vous asseoir sur votre talon droit. Votre jambe gauche qui est pliée sert d'appui à votre coude gauche qui vient prendre place sur le genou de celle-ci, la main gauche soutenant et enserrant le fût. Le pied gauche repose parfaitement à plat sur le sol et sa pointe est légèrement rentrée. Votre main droite vient prendre place sur la poignée pistolet et maintient la crosse appuyée au creux de l'épaule droite. Le coude droit peut-être collé au flanc droit de façon à renforcer la stabilité de l'ensemble mais généralement un tireur expérimenté maintiendra celui-ci légèrement écarté du corps à une distance variable selon les individus. L'oeil droit se trouve toujours à une distance comprise entre 4 et 7 cm de l'oeilleton et la joue repose contre l'appui-joue.

    POSITION DU TIREUR ASSIS

        La position du tireur assis n'est pas une position des plus pratique à utiliser. En effet cette position présente l'inconvénient d'offrir une belle cible aux coups de l'ennemi. De plus lorsque vous vous trouvez dans cette position il vous est très difficile de vous déplacer rapidement afin d'occuper un nouvel emplacement de tir.
        Le corps se trouve en direction de l'objectif. Vos deux jambes sont pliées, la jambe gauche se trouve légèrement en avant par rapport à la jambe droite. Les pieds sont posés à plat sur le sol, la pointe du pied gauche étant légèrement rentrée vers l'intérieur. Vos deux jambes formant entre elles un angle d'environ 60°. Vos deux coudes reposent chacun sur un de vos genoux. La main gauche enserre le fût du FAMAS à la hauteur de la rotule du bipied. La main droite quant à elle repose sur la poignée pistolet, l'index venant prendre place sur la queue de détente. La crosse de l'arme est placée dans le creux de l'épaule droite. La tête est en direction de l'objectif, la joue repose sur l'appui-joue. L'oeil se trouve entre 4 et 7 cm de l'oeilleton.
        Pour un tireur expérimenté il est possible de ne pas reposer le coude droit sur le genou.

    CAS PARTICULIER POUR LE TIR PAR RAFALES

        Vous devez maintenir la visée conforme jusqu'au départ du premier coup de la rafale.
        Vous devez rester parfaitement immobile, pour cela vous devez contrôler parfaitement votre respiration de la même manière que pour un tir en semi-auto et de plus vous devez maintenir votre FAMAS plus fermement mais sans crispé.
        Votre main droite qui enserre la poignée pistolet tire celle-ci vers l'arrière de façon à maintenir un contact ferme et permanent de la crosse contre votre épaule droite.
        Votre main gauche qui enserre le fût doit empêcher celui-ci de remonter durant le tir.
        L'action de l'index sur le détente doit se faire d'un mouvement lent et rectiligne.
        La joue droite se maintien sur l'appui-joue durant tout le tir, elle contribue aussi avec l'aide de l'épaule au maintient de la crosse.
        La visée conforme est à prendre entre deux rafales.

    LE TIR REFLEXE

        Le tir réflexe est employé en cas de rencontre impromptue avec l'adversaire et ce à courtes voir à très courtes distances. La maîtrise de ce type de tir est très importante pour le combattant qui doit y être entrainé de façon parfaite. L'entrainement devant déboucher sur l'acquisition de réflexes. Le tir réflexe s'effectue les deux yeux ouvert. La position de départ étant généralement la position réglementaire de combat voir selon les circonstances une position dérivée de celle-ci.

    Il existe deux types de positions de tir réflexes :
        - le tir au juger
        - le tir au jeter

        Le choix d'utilisation de l'une ou l'autre de ces deux positions est fonction de la distance à laquelle se trouve l'adversaire. La position du tir au juger est prise si l'adversaire se trouve à une distance comprise entre 0 et 30 m au maximum. La position de tir au jeter par contre se prend si l'adversaire se trouve entre 30 et 50 m.

    POSITION DU TIR AU JUGER

        La position du tir au juger s'emploie de la même manière que vous utilisiez ou non la bretelle.
        Votre corps doit se trouver face à l'objectif, le buste est légèrement penché vers l'avant. Les jambes sont placées sur une même ligne. elles sont légèrement écartées. Les genoux sont pliés et les pieds sont à plat sur le sol.
        La main gauche enserre fermement le fût du FAMAS à hauteur de la rotule du bipied. Elle maintient l'arme parallèle au sol et la tient solidement.
        La crosse est placée au dessus du ceinturon, sur le côté droit du corps et à hauteur des côtes flottantes.
        L'avant bras droit pousse aussi l'arme vers l'avant de façon à mieux absorber le recul.
        La main droite enserre la poignée pistolet et l'index se trouve sur la queue de détente.
        Vos deux yeux qui sont ouverts fixent l'objectif. Le réglage du tir s'effectue par déplacement du corps.
        Le réglage en hauteur s'effectue en pliant ou en dépliant plus ou moins les genoux.
        En ce qui concerne le réglage en direction vous devez faire pivoter votre corps vers la droite ou vers la gauche. Le FAMAS faisant bloc avec votre corps.

    POSITION DU TIR AU JETER

        La position réglementaire du tir au jeter telle que la décrive les manuels militaires n'est pas la meilleur qui soit, la plupar des combattants dont nous préfèrent une position qui diffère très peu de celle-ci mais qui est bien plus efficace. Cette position se rapproche sensiblement de celle que prennent tous les chasseurs. Mais avant cela voyons la position réglementaire.

    La position réglementaire

        Votre corps se trouve face à l'objectif, vos yeux sont ouverts et vous fixez l'objectif. Les jambes se trouvent sur une même ligne et sont écartées naturellement, les genoux sont fléchis et les pieds posés à plat sur le sol.
        L'action des bras a pour effet de décoller le FAMAS de votre corps et de le jeter vers l'avant tout en le maintenant parallèle au sol. Puis vous le ramenez rapidement vers vous de telle façon que la crosse de celui-ci se retrouve dans le creux de votre épaule droite.
        Votre main droite enserre la poignée pistolet, l'index est placé sur la détente.
        Un tireur débutant prendra une visée minimum en se servant de l'axe de la poignée garde-main. Un tireur plus expérimenté et qui aua baissé ses deux oeilletons se servira du tunnel porte oeilleton-guidon pour prendre sa visée. Un tireur très expérimenté arrive même très facilement à prendre une visée avec les deux oeilletons relevés.

    La position dite "du chasseur"

        La position du chasseur est similaire à la position réglementaire mais au lieu de placer vos jambes sur une ligne vous devez les décaler.
        La jambe gauche se trouvant en avant par rapport à la jambe droite, le genou est légèrement fléchi. Le corps est poussé vers l'avant de façon à mieux absorber le recul lors du tir. La joue vient prendre appui sur l'appui-joue. Vous pouvez dans cette position viser à traver l'oeilleton.
        Grâce à cette position qui est plus naturelle que la position réglementaire vous êtes sûr et certain de faire mouche à tous les coups avec un peu de pratique. De plus votre corps présente une surface plus réduite aux coups de l'ennemi que dans l'autre position.
        Il faut cependant noter que quelle que soit la position que vous decidiez d'employez le mouvement qui consiste à faire décoller l'arme du corps et à ensuite la rabattre doit être ample et non pas étriquée.
        Un mouvement ample vous assure un positionnement parfait de votre arme et ne venez pas me dire que cela prend plus de temps car nous vous répondrons que la différence est minime et que d'autre part les cimetières sont remplis de gens qui ont confondu vitesse et précipitation.

    LE TIR DE NUIT

        De nuit il vaut mieux tirer par courtes rafales plutôt qu'au coup par coup. Ce dernier est cependant possible si la visibilité est excellente par exemple une nuit de pleine lune, si l'objectif est nettement défini dans le cadre d'un tir repéré par exemple, ou encore si la mission impose une certaine discrétion.

    Utilisation du coulisseau de tir de nuit

        Le FAMAS dispose d'un coulisseau de tir de nuit placé à demeure sur l'arme. Celui-ci est situé sur la face avant du guidon. Il doit être relevé afin de pouvoir être utilisé. Il porte sur sa surface une pastille luminescente.
        Si la nuit n'est pas trop sombre et que vous puissiez apercevoir le guidon à travers l'oeilleton vous devez amener ce même guidon au centre de la pastille luminescente, le tir est possible jusqu'à la distance où la cible est visible. Si la nuit est encore plus sombre vous devez rabattre les oeilletons successivement, la visé se prenant de la même façon que précedemment.
        Si la nuit est vraiment très sombre et que vous ne puissiez plus distinguer le guidon à travers le porte-oeilleton vous devez procéder de la façon suivante :
        - repérez l'objectif grâce à la vision décentrée (balayage du terrain de la droite vers la gauche et ce à l'aide des yeux, surtout ne jamais tenter de fixer l'objectif directement).
        - prenez la ligne de mire en amenant le guidon au centre de la pastille luminescente.
        - déplacez l'arme de façon à amener l'oeilleton sur le côté de l'objectif qui se trouve donc en vision décentrée.
        - ramenez la ligne de mire sur l'objectif en vous servant de votre mémoire visuelle de façon à améliorer votre pointage.
        - tirez.
        Personnellement j'aime pas tirer en me servant de la pastille luminescente car je trouve qu'elle tue la vision nocturne mais je connais bien des tireurs qui s'en servent sans avoir de problèmes.

    Sans utilisation du coulisseau

        Si vous pouvez distinguer le contour de l'objectif et que l'éclairage est suffisant afin de pouvoir distinguer le guidon à travers le porte-oeilleton, vous devez effectuer votre pointage dans les même conditions que pour un tir de jour. Seule une visibilité plus ou moins grande vous fera choisir de tirer avec les deux oeilletons, avec un seul ou sans.

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique